Polyvalent ? Avantages et limites

Polyvalent ? Avantages et limites

Pour certains projets vidéos, il est possible d’intervenir à une seule personne. On lui demande alors d’endosser la fonction de plusieurs personnes en même temps : le réalisateur ou journaliste, le cadreur ou chef opérateur, le preneur de son, voire l’assistant souvent utile lorsqu’il y a beaucoup de manipulations techniques. Et parfois même le montage. Cela présente un grand avantage. Mais on se trouve vite confronté à des limites !

 LES AVANTAGES DU VIDEASTE POLYVALENT :

– Un seul interlocuteur
– Un coût réduit.

Inutile de développer, ce sont des arguments forts !

 LES LIMITES DE L’HOMME (OU LA FEMME) ORCHESTRE :

– Peut-on tout gérer en même temps ? Etre intervenant polyvalent exige de gérer la partie éditoriale (réalisation du film, coordination avec le client et les intervenants, réalisation des interviews – gestion du contenu, mettre la personne à l’aise, etc), mais aussi gérer le cadrage, la lumière, le son. Et parfois, enchaîner les séquences nécessite une gestion matérielle et logistique digne de Shiva. Il faut également gérer les aléas techniques sans perdre de temps (changer une batterie, des piles, prendre un accessoire qui manque…). Car en plus il faut souvent faire vite ! Alors oui c’est possible, notamment s’il y a une unité de lieu, que nous avons suffisamment de temps et que les interviews à gérer restent statiques et posées. Mais dans de nombreuses de circonstances, le réalisateur-JRI pourra vite se trouver face à ses limites. Par exemple en cas de complexité d’interview, ou de nécessité d’être très rapide dans la préparation ou l’enchaînement des étapes, ou s’il y a plusieurs personnes à sonoriser. Il faut savoir que plus une image est élaborée, plus il y a de monde derrière.

– Où doit aller la concentration ? Partout !? C’est impossible. Une tâche n’est jamais aussi bien réalisée que lorsque l’on s’y consacre pleinement. Aussi, à être partout en même temps, on augmente le risque d’erreurs techniques. Et parfois c’est tout simplement impossible de tout gérer.

– La prise de son. Dans certains cas, il est nécessaire de filmer une scène et d’en capter le son, capter des dialogues, parfois dans des contextes relativement bruyants. Le micro canon de la caméra se révèlera alors insuffisant, servant essentiellement à de la prise de son d’ambiance. Ce type de reportage exige la présence d’un preneur de son.

– Dès que l’on monte en gamme, on attend de chaque étape un niveau très spécialisé, où chacun est particulièrement expert dans son domaine. Sans retirer au réalisateur technicien polyvalent son aptitude et son talent pour ET cadrer ET monter par exemple, voire même produire une vidéo très correcte en qualité, il va de soi qu’un film conçu avec des techniciens spécialisés pour chaque poste sera plus haut de gamme qu’un film conçu par une personne seule. Plus on est exigeant, et plus matériellement il est impossible d’être seul.

– La nature même du film entraîne une nécessité en terme d’équipe. Produire un reportage simple peut se faire seul. Produire un reportage plus complexe peut aussi se faire seul mais nécessite une véritable habilité et expérience, et avec les limites évoquées plus haut. Vouloir un film corporate plus élaboré oblige à renoncer à cette option.

Pour résumer, plus la demande est importante en terme de qualité de rendu, et plus le projet est lourd et exigeant, plus il sera nécessaire de constituer une équipe, où chacun occupe une fonction spécialisée.

Lorsque l’image de marque est en jeu, il est intéressant d’avoir tout ceci en tête.

Comment élabore-t-on un film d’entreprise ?

Comment élabore-t-on un film d’entreprise ?

Réponse en 2mn chrono, à travers cette animation “mind map” :

La technique de réalisation de film mise en œuvre par Aulofilms varie en fonction du projet et du budget.

EXPLICATIONS :

Vous ou votre entreprise avez un site Internet, un réseau social, un événement, et avez besoin de communiquer. Vous avez besoin d’une vidéo !

Vous contactez alors Aulofilms, et envisagez sérieusement de travailler avec nous. Vous nous expliquez vos besoins, le contexte, vos idées, vos envies, votre objectif, bref… Vous nous exposez votre BRIEF. Étape essentielle !

Commence une phase de réflexion, de recherche, et d’élaboration des idées, qui se matérialise par une proposition de réalisation et d’un ou plusieurs devis. Après validation, commence la préparation, avec un éventuel travail d’écriture scénaristique, la mise en place de l’équipe nécessaire, les repérages et l’organisation.
 Après cette préparation technique, logistique et artistique a lieu le tournage.

Puis le montage, ou plus précisément la post-production, qui comprend en réalité plusieurs étapes. :
– Le montage est une étape assez longue, fastidieuse, comme un puzzle qui prend forme. C’est là que nous racontons l’histoire. Cela peut nécessiter une coordination avec vous.
 Mais ce n’est pas tout à fait terminé !
– Nous procédons aussi aux corrections colorimétriques : l’étalonnage.
– Côté son, nous équilibrons les ambiances, les musiques, bruitages et interviews : c’est le mixage.
– L’habillage consiste à travailler un univers graphique cohérent pour les titres et les transitions.
– Le motion design est un extraordinaire outil en complément des images réelles. Trucages et animations peuvent aussi faire partie du projet.

Après validation, nous livrons enfin votre film dans les formats souhaités.

Vous pouvez alors exploiter votre film, le mettre en ligne, le diffuser selon vos besoins. Vous faites connaître votre activité ou vos produits. Vous répondez à vos besoins en communication interne ou externe. Vous gagnez en visibilité et augmentez votre notoriété.

Voilà !

Captations de spectacles

Captations de spectacles

En quoi consiste une captation de spectacle ?

Une captation consiste en l’enregistrement vidéo d’un spectacle avec une ou plusieurs caméras, suivi d’un montage. Nous livrons l’intégralité et/ou un montage d’extraits ou teaser destiné à la diffusion web.

Quelle configuration technique utiliser pour une captation de spectacle ?

Captation 1 caméra : si vous souhaitez garder une trace du spectacle, sans volonté particulière de le partager. Dans certains cas, nous pouvons nous servir de ce montage pour réaliser un court montage d’extraits diffusable, à condition de l’avoir anticipé.

Captation 2 caméras : c’est la configuration minimale et économique pour réaliser un montage alternant plans larges et plans rapprochés.

Captation 3 caméras ou plus : c’est la configuration pour obtenir une captation plus dynamique et plus professionnelle. Elle permet de varier les angles et les valeurs de plan, et s’avère indispensable pour des scènes professionnelles, a fortiori pour les spectacles où se produisent plusieurs personnes (pièces de théâtre, danse, concert).

démo 2010 spectacle

Dans tous les cas, il est préférable que chaque caméra ait un opérateur. Même s’il est possible pour des raisons budgétaires de prévoir une caméra sans cadreur, cela présente toujours un risque. Néanmoins, particulièrement pour des enregistrements de concert, il est concevable d’ajouter une caméra supplémentaire type gopro directement sur la scène, de façon à proposer un angle supplémentaire pour dynamiser encore plus le montage final. Nous privilégions des caméras ayant une bonne sensibilité, condition sine qua non pour conserver une bonne qualité d’image car la plupart des spectacles vivants se jouent dans des conditions de basses lumières.

Pour une captation de pièce de théâtre de bonne qualité, il sera nécessaire de prévoir une mise en place de micros par un preneur de son.

image caddie landimage caddie land

Un spectacle vivant est par définition conçu pour être vu en “live” ; c’est là qu’il prend toute sa dimension. Réaliser une captation permet de le partager à un public plus large, de communiquer, d’attirer du public, de le vendre, d’en conserver une trace de qualité… C’est donc un outil indispensable mais il a l’inconvénient d'”aplatir” le spectacle lui-même, du fait même de le transposer en vidéo. Le public n’a plus la possibilité de choisir où il regarde, il perd une grosse partie de l’émotion qu’il peut ressentir en étant dans la salle. Pour percer au maximum la barrière de l’écran et réussir à retranscrire les intentions et les focus du metteur en scène, les orientations naturelles du regard du spectateur, les émotions, la captation doit être de qualité, tant au niveau de l’image que de la prise de son, et réalisée par des techniciens aguerris.

image celle que vous pensezimage mamma mia